Archives

Tous les articles du mois de mai 2012

Coraline / L’étrange vie de Nobody Owens – Neil Gaiman

Publié 29 mai 2012 par Emi'lit

Ce soir, je voudrais vous parler de deux livres que j’aime beaucoup.

Coraline – Neil Gaiman

Présentation de l’éditeur:

La famille de Coraline vient d’emménager dans une vieille maison loin de tout, avec pour seuls voisins deux anciennes actrices à la gloire fanée et un monsieur bizarre qui élève des rats. Délaissée par ses parents accaparés par leur travail, la jeune fille, au fil de ses explorations, ne tarde pas à découvrir une porte mystérieuse. De l’autre côté l’attend un monde fantastique où tout est étrangement semblable, mais en mieux…

De ce livre, a été tiré un film d’animation, réalisé par Henry Selick (qui a réalisé L’étrange Noël de Monsieur Jack):

Mon avis:

J’ai d’abord vu le film avant de lire le livre. Je dirais même que c’est le film qui m’a donné envie de me procurer le livre. J’avoue que normalement, j’ai du mal à lire un livre après avoir vu son adaptation cinématographique. Mais dans le cas de Coraline, cela ne m’a pas dérangé. Que ce soit dans le film où dans le livre, l’histoire est bien ficelée et on ne s’ennuie pas une seule seconde. Le livre se lit assez vite et le personnage de Coraline est très attachante. Le monde fantastique est parfois angoissant (sans exagérer) et on suit avec envie les péripéties de la jeune fille…

 

L’étrange vie de Nobody Owens – Neil Gaiman

Présentation de l’éditeur:

Nobody Owens est un petit garçon parfaitement normal. Ou plutôt, il serait parfaitement normal s’il n’avait pas grandi dans un cimetière, élevé par un couple de fantômes, protégé par Silas, un être étrange ni vivant ni mort, et ami intime d’une sorcière brûlée vive autrefois. Mais quelqu’un va attirer Nobody au-delà de l’enceinte protectrice du cimetière : le meurtrier qui cherche à l’éliminer depuis qu’il est bébé. Si tu savais, Nobody, comme le monde des vivants est dangereux…

Mon avis:

L’histoire est belle et originale. Elle est tendre et noire à la fois. Je l’ai adorée et dévorée. Le seul bémol c’est qu’elle est trop courte. J’aurais aimé plus de détails, en savoir plus sur les Jacks, sur Silas, sur la vie de Nobody après… J’avais peur que ce soit un peu glauque (je n’aime pas trop les cimetières) et ça soit très noir. Et finalement, c’est très plaisant à lire. J’aime aimé les aventures de Nobody et de ses amis morts. Je crois que mon personnage préféré est Silas.

***

Ces deux livres sont deux très jolies histoires qui sont vraiment bien écrites. On plonge avec délices dans le monde fantastique que nous offre l’auteur. Je le conseille à tous les amateurs de beaux contes.

Emi’lit

 

Dark Shadows – Lara Parker

Publié 25 mai 2012 par Emi'lit

Tome 1: La malédiction d’Angélique

Quatrième de couverture:

Barnabas a conquis le coeur de la délicieuse Angelique avant  de la trahir pour une autre. Malheureusement pour lui, la jeune femme a été élevée dans la magie noire et dans l’art du vaudou. Déterminée à prendre sa revanche, elle le condamne à l’éternité en le transformant en vampire avant de l’enterrer vivant. Deux cents ans plus tard, Barnabas est enfin libéré de ce mauvais sort. Il trouve le journal d’Angelique et découvre l’indicible : les secrets à l’origine de l’obsession amoureuse qui a uni leurs destins jusque dans la mort.

Mon avis:

Ce livre se veux être « l’histoire qui a inspiré Tim Burton » (pour le film du même nom), en étant lui même inspiré de la série télé des années 60 et écrit par l’actrice qui interprétait Angélique… De plus, il est prévu encore deux tomes à la suite de celui ci. Je me demande simplement, si ce n’est pas (encore) une histoire d’argent plus qu’autre chose…

Ce livre reste cependant un bon livre, que j’ai réellement apprécié et je compte bien lire les deux prochains tomes. J’ai vraiment envie de savoir la fin de l’histoire, et cela me donnera peut être des clés pour apprécier un peu plus le film de Tim Burton (que je n’ai pas encore vu) qui semble être loin de faire l’unanimité…

Je l’ai trouvé bien écrit avec des rebondissements auxquels on ne s’attend pas. Je n’ai pas eu de mal à le lire, malgré les passages un peu dur. En effet, il faut bien dire que la vie d’Angélique est loin d’avoir été toute rose entre son incursion, bien malgré elle, dans le vaudou à l’âge de 10 ans et les trahison de Barnabas.

Même si elle est parfois détestable, je me suis attachée à Angélique… Barnabas, malgré ses trahisons envers Angélique, est attachant lui aussi, mais un peu faible je pense, ce qui fait peut être son charme.

Dans ce livre, on parle aussi de l’esclavage, des exploitations sucrières, des gens qui ont fait fortune en Martinique puisque c’est le quotidien d’Angélique durant une bonne partie du livre. Il nous fait aussi voyager un peu du coup, quand Angélique raconte ses baignade dans la mer ou ses promenades sur la plage par exemple.

Je vous le conseille donc, si vous aimez les romans fantastiques, si vous aimez aussi les romans avec un peu d’amour dedans…

***

L’avez vous lu. Avez vous vu le film? Connaissez vous la série télé? (oui je sais, ça fait beaucoup de question aujourd’hui…)

Emi’lit

L’homme à l’envers – Fred Vargas

Publié 24 mai 2012 par Emi'lit

Aujourd’hui, je vais vous parler d’un livre que j’ai lu il y a assez longtemps, mais qui est un peu particulier pour moi. En fait, c’est le premier cadeau que m’a fait mon chéri…

Présentation de l’éditeur:

Réintroduire des loups dans le Mercantour, c’était une belle idée. Évidemment, on n’a pas tenu compte de l’opinion des bergers et, quelques mois plus tard, la révolte gronde. Mais est-ce bien un loup qui tue les brebis autour de Saint-Victor ? Les superstitions ressurgissent, un bruit se propage : ce n’est pas une bête, c’est un homme, un loup-garou. Lorsque Suzanne est retrouvée égorgée, la rumeur devient certitude : les loups n’agressent pas les hommes. À Paris, devant sa télé, le commissaire Adamsberg guette les nouvelles de la Bête du Mercantour, d’autant plus intrigué qu’il a cru reconnaître Camille sur la place de Saint-Victor…

Mon avis:

J’ai beaucoup aimé ce livre. J’irais même jusqu’à dire que je l’ai dévoré. J’ai aimé la légende de « l’homme à l’envers ». L’enquête est menée par le commissaire Adamsberg, aidé par des habitants du village: Camille dont le livre de chevet est le catalogue de l’outillage professionnel, Soliman un africain et le Veilleux… Ces personnages sont attachants, et ont chacun une personnalité atypique.

L’histoire est bien menée et originale. Elle mêle un peu le fantastique à la réalité avec cette histoire loup-garou.

Au final, même si le coupable se trouve facilement (enfin à mon sens), le suspens est quand même là.

Emi’lit

La Délicatesse – David Foenkinos

Publié 14 mai 2012 par Emi'lit

Quatrième de couverture:

« François pensa : si elle commande un déca, je me lève et je m’en vais. C’est la boisson la moins conviviale qui soit. Un thé, ce n’est guère mieux. On sent qu’on va passer des dimanches après-midi à regarder la télévision. Ou pire : chez les beaux-parents. Finalement, il se dit qu’un jus ça serait bien. Oui, un jus, c’est sympathique. C’est convivial et pas trop agressif. On sent la fille douce et équilibrée. Mais quel jus ? Mieux vaut esquiver les grands classiques : évitons la pomme ou l’orange, trop vu. Il faut être un tout petit peu original, sans être toutefois excentrique. La papaye ou la goyave, ça fait peur. Le jus d’abricot, ça serait parfait. Si elle choisit ça, je l’épouse… – Je vais prendre un jus… Un jus d’abricot, je crois, répondit Nathalie. Il la regarda comme si elle était une effraction de la réalité. »

 

Résumé:

Comment résumé ce livre sans trop dévoiler de choses? Je dirais juste que, au tout départ, tout est tout beau tout rose: Nathalie aime François et François aime Nathalie. Ils vivent heureux. François meurt accidentellement et Nathalie perd pied. Elle se plonge dans le travail pour fuir la douleur et le manque qu’ont provoqué ce décès. Et finalement, elle va se reconstruire tout doucement…

 

Citations:

« Et fut saisie tout particulièrement par la vision du marque-page. Le livre était ainsi coupé en deux, la première partie avait été lue du vivant de François. Et à la page 321, il était mort. Que fallait-il faire ? Peut-on poursuivre la lecture d’un livre interrompu par la mort de son mari ? »

« Il y a des gens formidables qu’on rencontre au mauvais moment. Et il y a des gens qui sont formidables parce qu’on les rencontre au bon moment. »

« On peut finalement se demander si le hasard existe vraiment? Peut être que toutes les personnes que l’on croise marchent dans notre périmètre avec l’espoir incessant de nous rencontrer? En y repensant, c’est vrai qu’elles paraissent souvent essoufflées. »

« Après leur dernier échange, il était parti lentement. Sans faire de bruit. Aussi discret qu’un point-virgule dans un roman de huit cents pages. »

 

Mon avis:

C’est, selon moi, un vraie beau livre avec une vraie belle histoire d’amour. Bien sûr il est un peu triste, puisque le sujet abordée est la reconstruction après un deuil. C’est un livre bien écrit et intéressant. J’ai aimé ce livre qui est touchant, simple, fluide et parfois drôle. J’ai aimé avoir le point de vue des différents personnages.

J’ai cependant été un peu frustrée par la fin, qui m’a laissée sur ma faim…

 

 

Emi’lit

On m’a taguée

Publié 11 mai 2012 par Emi'lit

Pour la première fois (ici), j’ai été taguée… et pas par n’importe qui! Par Monsieur Gabriel de La Mare aux mots! D’ailleurs si vous ne connaissez pas encore « La Mare aux mots » je vous en prie, réparez ça immédiatement! C’est un chouette blog que vous adorerez et vos enfants aussi (pour peu que vous soyez friands de littérature jeunesse) mais que votre banquier détestera à coup sûr! (Il y a même une page facebook).

Mais trêve de bavardages, passons vite aux questions!

Quel est l’objet de ton dernier gros fou-rire ?

Je rigole beaucoup pour pas grand chose…

Mais le dernier gros fous rire dont je me souviens, où je rigolais à en pleurer c’était à cause d’une sombre histoire de poney et de « bataille » de photo de My little pony. Je n’en dirais pas plus.

 

Ton dernier coup de cœur littéraire / ciné / télé / musical / artistique ?

Littéraire: Les yeux jaunes des crocodiles de Katherine Pancol et la suite (La valse lente des tortues/ Les écureuils de Central Park sont tristes le lundi) dont j’ai parlé ici.

Ciné: la dernière fois que je suis allée au cinéma c’était pour voir Twilight… et je ne dirais pas que c’est un coup de coeur hein. Donc, je dirais… Je dirais « La princesse et la grenouille ». Il n’est pas récent mais nous l’avons acheté à Princesse AAA et je l’ai découvert avec elle. Il faut dire que depuis un bon moment je n’ai pas vu de vrai film, mais plutôt des dessins animés…

Télé: les rediffusions de Kaamelott que je connaissais déjà mais qui m’ont donné une folle envie de replonger dans le Moyen Age, dans les légendes arthuriennes…

Musical: pas de réel coup de coeur. Avec Princesse AAA on écoute ce qui passe à la radio, mais sans plus quoi. Je suis dans une période où la musique me sert de fond sonore sans vraiment y prêter attention.

Artistique: Pour celui qui a créer mon superbe avatar:

Vous pouvez retrouver son travail ici.

 

Ton dernier coup de cœur blog ?

Je lis beaucoup de blog… Alors difficile de n’en avoir qu’un… Alors, je dirais que mes coups de coeurs sont les blogs de mes copines, que je suis chaque jour (enfin du moins à chaque article): Maman Elfe, P’tite Maman, Dark Maman, The Book Of Mum. Et puis bien sûr, La Mare aux mots!

 
Ton dernier coup de cœur IRL – dans la vraie vie ?

Hum… Les deux derniers ça a été: d’avoir rencontré une elfe en vrai! Et le deuxième d’avoir revue une copine, que j’avais perdu de vue depuis un long moment (je ne dirais pas le nombre d’année sous peine de me prendre un sérieux coup de vieux dans la tête!).  Ces deux « rencontres » m’ont permis d’avoir deux super amies en plus.

 

Ton dernier achat futile / inutile mais qui fait du bien ?

Du chocolat…

 

Ton dernier abus, c’était quand et quoi ?

Des chaussons aux pommes… 6 en deux jours, le week end dernier. Oui je suis une droguée, et là je suis en manque…

 

Ton dernier chèque ?

Oula… ça date tellement, je ne me souviens même pas pourquoi c’était!

 

Ton dernier truc de fille… ou de mec ?

Mon dernier truc de fille… Hum bonne question ça… Je ne fais pas de truc typiquement féminin, je ne suis pas une vraie fille moi! Plus sérieusement, avoir acheté des basket en toile rose pour ma fille et pour moi…

 

Ton dernier mot ?

Merci.

 

Normalement, je dois maintenant taguer d’autres gens… Mais comme je ne sais pas qui taguer, je vous laisse tous tranquille, mais si ça vous amuse de le faire faites vous plaisir hein, que ce soit sur vos blogs ou en commentaire 😉

 

Emi’lit

Texte à contraintes 7 de Aurélie C.

Publié 9 mai 2012 par Emi'lit

Je rêve d’un nouveau monde...
Un monde où tout serait diffèrent d’aujourd’hui.
J’aimerais vous y emmener avec moi. Mais êtes vous prêts pour cela !?
Fatiguée par le genre humain, par la misère, les injustices, les violences, la haine, le mépris, les guerres, les différences d’opinion qui causent tant de discordes….
Je ne recherche pas un monde parfait. Mais un monde de respect, d’entraide, d’humanité et de valeurs respectées !
N’avez vous jamais espéré vivre ce genre d’expériences qui peuvent vous ragaillardir lorsque vous vous sentez seul ou triste !

Des paysages parfaits, propres où toute vie est aimée et respectée.
De magnifiques plages aux couleurs chatoyantes.
De superbes campagnes verdoyantes où se délectent les animaux de la ferme.
Bordant de sublimes forêts où vous pouvez apercevoir, si vous arrivez à prendre le temps nécessaire, les jolies créatures qui y vivent.
Imaginez, à présent, une somptueuse et gigantesque cascade grondante, et d’une eau si limpide que vous pouvez voir le fond, dans ce magnifique lagon, qui accueille le pied de cette cascade.
Une eau si claire, si pure que vous n’avez qu’une envie, c’est d’y plonger et vous rendre compte que vous êtes vraiment très petit au milieu de cette nature qui vous donne le meilleur d’elle !!!

Comment de notre petite taille, pouvons nous détruire toutes ces merveilles ??
est-ce surréaliste que chacun y mette du sien et apprenne à respecter autrui et ce qui nous entoure?
Que la terre ne soit plus un dépotoir géant ?

Parfois je me sens comme un poisson…
Oui je nage librement, tranquillement dans mon univers, quand bêtement je me laisse berner par ce ver qui gigote au bout d’un hameçon et qui me fait quitter mon chemin de liberté.

Quand j’essaie de faire tout bien, et qu’à un moment, je dérape.
Bah, oui ! Je ne suis pas parfaite non plus ! J’essaie de tenir mes paroles, de lier mes actes à mes pensées.
Mais à certains moments, j’ai mes faiblesses comme tout le monde.

Alors, je reprends ces vagabondages, ces quelques expériences de paysages magnifiques, sans violence, sans haine, sans salissures et je regonfle ma motivation à bien faire les choses !!

 

Aurélie C.

Et si nous parlions un peu d’amour?

Publié 8 mai 2012 par Emi'lit

Aujourd’hui je voudrais vous parler de deux livres de nouvelles que j’ai vraiment beaucoup aimé. Et qui même s’ils traitent du même sujet, sont différents l’un de l’autre.

Je croyais qu’il suffisait de t’aimer… – Jacques Salomé

Présentation de l’éditeur:

Surprenantes de force et de beauté, magnifiées par l’écriture d’un fabuleux conteur, ces vingt-quatre histoires de Jacques Salomé sont l’œuvre d’un observateur attentif aux errances des passions. Irrigués par des amours violentes, incertaines ou pathétiques, ces récits sont tissés à partir du présent amoureux de chacun des protagonistes, mais aussi à partir de leur passé. Jacques Salomé sait combien l’intimité d’une rencontre peut s’ouvrir sur une liberté inouïe lorsque tous les sens y participent. Ces nouvelles, criantes de vérité et de sensualité, nous fascinent, et nous touchent.

Quelques citations:

« Oui, c’est en lisant qu’on devient forgeron, forgeron de sa propre liberté! » (C’est en lisant qu’on devient forgeron)

« Commencer à lire, je peux vous le confirmer, c’est se libérer des chaînes de l’habitude, de la soumission, de la démission. C’est grandir de l’intérieur. » (C’est en lisant qu’on devient forgeron)

« Grand-père était un homme bon. Il avait une qualité d’être si intense, si présente qu’il donnait à chacun le sentiment qu’il pouvait commencer à s’aimer, s’il ne l’avait pas osé avant. » (Mon grand-père)

«  »moi je t’aime sans condition. Je t’aime à foison même si je ne sais pas te le dire, même si je te le montre mal. Je t’aime tout court. Je n’ai pas besoin de discours compliqués pour te le dire, je n’ai nulle envie de découper mon amour en tranches… » (Dialogues)

Mon avis:

Dans ces nouvelles, on lit des amours finies, de l’amour filial, de l’amour charnel… J’ai aimé certaines nouvelles (C’est en lisant qu’on devient forgeron, où un homme nous parles de son enfance  travers son goût pour la lecture) et d’autres beaucoup moins voir par du tout (Le Bakhal, qui m’a dérangée…). J’ai trouvé certaines très touchantes, comme par exemple Madame Palmyra. La plupart des nouvelles sont belles et touchantes, et le sentiment d’amour y est très bien représenté…

****

Envie d’amour – Cécile Beauvoir

Présentation de l’éditeur:

Un gilet dans une armoire, des flocons de neige sur une vitre, une petite fille dans un salon de coiffure, une lettre bleue, un arrosoir plein d’eau de pluie, un thé à la pomme à Istanbul, une contrebasse, une pipe, des bigoudis. Une envie d’amour.

Citations:

« Remonter la fermeture Eclair, c’était refermer son corps autour du mien, glisser encore dans ses bras, le sentir autour de moi, comme quand j’écrivais à la table de la salle à manger et qu’il venait s’asseoir derrière moi, sur la chaise, ses bras serrés autour de mon ventre. » (Le vieux gilet)

« La pluie n’est pas terne, je ne l’avais jamais remarqué. Elle fait tout briller: les toits, les feuilles, les rues, les parapluies. Les mots aussi. La pluie coule, goutte, mouille, luit. » (Envie d’amour)

Mon avis:

Ce recueil regroupe 12 nouvelles douces et tendres, simples et belles, poétiques et nostalgiques. Il suffit d’un gilet, d’une boite ou d’un livre offert pour que la narratrice nous emmène dans ses souvenirs. Elle nous parle d’amour à travers un amant, une mère…
Les nouvelles sont courtes, émouvantes, bien écrites… Elles donnent envie d’amour, de ressortir des souvenirs…

 

Emi’lit