Archives

Tous les articles du mois de février 2013

Texte à contraintes mars/avril 2013 – les consignes

Publié 28 février 2013 par Emi'lit

Bonjour bonjour!

Voici notre nouveau texte à contraintes. Pour celui-ci, je me suis inspirée de la célèbre histoire de Lewis Carroll: Alice au pays des merveilles. Mais attention, tout est permis et vous n’êtes pas obligés de faire un remake de cette histoire!

Les dates:
Vous pouvez m’envoyer vos textes à partir de la parution de cet article et ce jusqu’au 29 avril 2013 à 20h00. Un article regroupant tous les textes reçu paraîtra le 30 avril dans la journée.

Le thème:
Alice au pays des merveilles

Les consignes:
C’est  Pâques. Vous cherchez les oeufs avec vos enfants. Un gros oeuf se trouve juste à l’entrée d’un terrier. Vous vous baissez pour le ramasser et vous basculez carrément dans le trou. Votre chute est vertigineuse et interminable…

Racontez moi où vous tombez!

Soyez inventifs, sérieux ou pas, drôle ou pas, à vous de voir!
Mots imposés:
– un animal (celui que vous voulez)
– poison
– noeud papillon
– nonobstant
– pipistrelle
– scintiller
– fantaisie
– quadrille
– miroir
– épineux
– mantille
– caramel

Petit plus: (facultatif)
Vous pouvez, si vous le désirez accompagner votre texte d’une illustration.

 

Pour envoyer des textes:
Envoyez un mail (adresse: emilie.mamandeschamps@gmail.com) avec en objet  « texte à contraintes de janvier/février 2013″. Si vous ne recevez pas de réponse de ma part sous deux jours vous remerciant de votre participation, n’hésitez pas à le renvoyer.

 

 

 

Si vous avez des questions, vous pouvez les posez en commentaires sous cet article et j’y répondrais de la même manière.

Emi’lit

Texte à contraintes janvier/février 2013 – les participations

Publié 28 février 2013 par Emi'lit
 Bonjour bonjour.Pour ceux qui auraient raté l’article explicatif, vous pouvez le retrouver !  Pour ceux qui ont la flemme d’aller le lire, la consigne était la suivante: écrire les 12 travaux de ce que vous voulez avec des mots imposés!

 ******************************************************************************************

Les 12 travaux de l’institueuse.
Une journée de classe ressemble fortement à une aventure épique. L’institueuse est un Hercule en puissance, le poireau en moins, sans anachronisme aucun.
Pas le droit à l’erreur, il faut sortir victorieuse de toutes les batailles, au risque de se faire bouffer par les 28 lionceaux enragés.
Voici un texte découvert dans un livre de mythologie, que j’ai dépoussiéré pour relater les faits:
* Avant même l’arrivée des félins, l’institueuse se prépara psychologiquement pour ne pas être prise pour un gland par ses petites chouquettes sucrées (les gaminous qui risqueraient de l’achever). Son premier travail consista à faire en sorte que tout soit parfait, pensé, analysé. Elle grimpa par dessus les chaises et les tables, pour que les activités du matin soient alignées, organisées.
C’est donc légèrement rosée qu’elle ouvrit la fosse. Dubitative, elle observa le plus timide, qui semblait plus chat que lion féroce. Il faut se méfier du matou qui ronronne. Les griffes ne sont jamais loin. Bingo. Il ne disait rien. Il se faisait pipi dessus. Sans flancher devant l’odeur, sans lâcher les autres du regard, l’institueuse changea le miauleur…
Elle se trouva ensuite confrontée au défi de la poubelle. Résister à balancer le détritus, en réalité activité faite à la va-comme-j’te-pousse d’un paresseux. Grande était l’envie. L’institueuse lutta contre ce désir. Victoire.

Mais aussitôt, tels le chant des sirènes, les larmoiements incessants d’un animal qui veut sa môman attaquèrent les neurones et les tympans de l’institueuse. Elle se sentit partir à la dérive dans les méandres plumeux d’un oreiller nuageux. Penser à autre chose, ne pas écouter les cris… Il lui fallût se raccrocher à la réalité. Elle siffla la récré. Le miauleur se tût.
Dans la cour, alors qu’elle se remettait de ses émotions, l’institueuse fut assaillie de lionceaux, hurlant, se vendant les uns les autres. Repoussant les attaques, elle réussit à comprendre, d’un regard, qui était en train de débiter des calembredaines. Mission réussie.
L’heure de la pause ne fût pas des plus sereines. La graine plantée quelques jours auparavant, qui devait finir haricot, se révéla en réalité un immense cucurbitacée, qui s’enroula tout à coup autour de l’institueuse, tandis qu’elle corrigeait consciencieusement ses copies. Un coup de stylo rouge en plein coeur déjoua la manoeuvre.
Les fournitures de bureau se mirent alors en révolution, s’envolant, s’enfuyant, déversant de l’encre, gommant les couleurs de la salle de classe… L’institueuse chassa les malotrus, enferma les récalcitrants au scotch et à la patafix.
Les enfants revenus, elle dût se battre contre un nouveau défi: réussir à enlever manteaux, bonnets, gants, écharpes… et à les tenir rassemblés à chaque clou, pour que chacun garde sa chacune… Le bonheur de la réussite se peignit sur son visage… mais il fût de courte durée…
La leçon en pleine nature promettait des surprises insoupçonnées. Rattraper le fugueur qui tente de grimper au grillage tout en empêchant le vilain d’écraser le ver de terre, en évitant à la cracra de bouffer toute la terre… Il fallût 3 ou 4 bras à l’institueuse pour s‘en sortir.
Lire une histoire, tous assis sur le tapis… enfin un peu de repos… mais le sourire de la ptite arsouille n’augurait rien de bon. Il cachait effectivement le ver de terre sus mentionné, balancé dans le cou de la camarade, qui se mit à hurler et trémousser. L’institueuse dût s’armer de tout son sang froid pour aller récupérer la bête immonde et la jeter par la fenêtre.
Les parents qui viennent récupérer leurs enfants fût la mission la plus périlleuse de la journée. Les reconnaître, appeler les bons enfants, connaître minute par seconde le déroulement de la journée pour chacun, … la mémoire de l’institueuse fût mise à rude épreuve. Elle se promit une cure de vitamines dès le lendemain.
Enfin, elle avait réussi tous les travaux… Elle récupéra son sac de classe, prête à rentrer bosser chez elle. Rempli de vers de terre…

Mais quand s’arrêtent les travaux de l’institueuse????

Par Cynthia Maman Bavarde

*************************************************************************************************************

LES 12 TRAVAUX DU CHAT
 
Comme le titre l’indique, je suis un chat. MA demeure est assez grande pour que je daigne accepter la présence de deux adultes, qui se prennent pour mes « maîtres » (miahahahahaou), ainsi que de trois « minis-maîtres » (oui parce qu’ils sont vachement plus petits quand même). 
Je vais vous conter mes 12 plus belles conquêtes, ou épreuves, bref, mes 12 travaux à moi.
 
1- Marquer mon territoire
Il n’est pas chose facile de s’imposer dans un quartiers peuplé de chats tous plus malotrus les uns que les autres. Mais mon jardin, c’est chez MOI. Le premier de mes 12 travaux est donc de le faire remarquer aux chavoisins et chavoisines, en déposant quelques gouttes de mon urine aux quatre coins du terrain. Un peu sur le portail d’entrée, un peu au coin du fond, derrière les plans de cucurbitacées, un peu à côté de la porte et enfin sur la poubelle aussi. Ne croyez pas que ce travail est aisé, surtout quand on a pas forcément envie d’uriner.
 
2- Réussir à engloutir 7 crêpes en moins de 10 minutes
On y est. Ce moment de pur bonheur où ma maîtresse fait des crêpes et où mes minis-maîtres ne finissent pas tout. Lorsque cette mini-humaine en couche est fatiguée et que ma maîtresse va la coucher, espérant ainsi se finir ces choses délicieuses à elle toute seule, elle oublie un détail: les crêpes sont restées sur la table de la cuisine. Et JE suis dans la cuisine… Ce défi est pour moi ! Je sais que je n’ai pas beaucoup de temps, mais c’est si bon qu’à peine est-elle revenue, l’assiette est vide. Défi réussi !!! (tiens c’est bizarre, elle n’a pas l’air très contente, aller un sourire, un ronron, et n’en parlons plus…)
 
3- Passer une nuit sans réveiller mes maîtres
C’est un des travaux les plus durs à accomplir. La nuit, c’est mon moment, pas un mini-maître qui court, des jouets et des petits cubes dans tous les coins, des choses qui font du bruit et de la lumière, le sac à main grand ouvert de ma maîtresse avec ses clés dedans, si passionnant pour moi. Mais je vais résister, oui je vais y arriver, je ne répondrai pas à l’appel de cette petite balle oubliée au milieu du salon, je ne marcherai pas sur ce xylophone à côté du canapé. Dormir, oui dormir, manger un peu, dormir… 
Le jour se lève. J’ai réussi !!! Je m’épate moi-même sur ce coup-là.
 
4- Survivre à une fête d’anniversaire
Et malheureusement cela se produit assez régulièrement. Des minis-humains hystériques viennent troubler mon repos si précieux, ils hurlent calembredaines et chansons, courent partout, entassent des espèces de fournitures emballées qu’ils appellent « cadeaux »… Le véritable cadeau est leur départ, en attendant je me contente de monter en haut de la plus haute armoire, et d’attendre patiemment. Le soir venu, je suis encore en vie, travail accompli donc, et sans grand effort 😉
 
5- Résister à l’appel d’un bon gâteau laissé sur la table
Le seul avantage connu d’une fête d’anniversaire d’ailleurs… Le soir venu donc, étant toujours en vie je profite du moment où ma maîtresse raccompagne les minis-humains pour réaliser que cet énorme Saint Honoré demeure toujours sur la table de la salle à manger. Mais aux vues des réactions de ma maîtresse suite à l’épisode des crêpes, je comprends que mon travail se situe là à ne pas y toucher. C’est dur, très (trop) dur, je m’en vais me venger sur les nouveaux jouets dans la chambre, je vais bien trouver quelque chose pour m’occuper jusqu’à l’heure du repas…
 
6- Surveiller le bébé lorsque ma maîtresse prend sa douche
Dur défi que celui-ci. Si cette mini-humaine en couche se réveille, je dois courir entre la porte de sa chambre et la salle de bain, miauler aux pieds de ma maîtresse qui sortira donc aussi en courant, avec un espèce de casque fait de mousse sur la tête (ce qui est pour moi, la partie la plus drôle). Mais heureusement, cette mini-puce se réveille rarement, et ma maîtresse est équipée d’une sorte de radio émetteur qui transmets les sons de ronflement de sa petite chose. Ce qui me permet d’accomplir ce sixième travail le plus simplement du monde, comme vous pouvez le constater :                                                       IMG1141

 
7- Vaincre l’ours de mon mini-maître
Depuis Noël, il se passe un drame horrible dans la chambre de mon mini-maître toutes les nuits. Il se fait dévorer par un ours. Un énorme, au moins 14 fois ma taille, venu d’une nature sauvage et étrange appelée « magasin »…
Ma maîtresse ne me l’a pas avoué mais je le sais, mon septième travail est d’anéantir ce monstre, cette affreuse menace !
Je prends mon courage à deux pattes, me cache sous l’oreiller, attends qu’il soit immobile et hop ! Je lui saute dessus, lui arrache une oreille, mon coeur bat trop vite mais je n’ai pas peur, je l’attaque encore et encore jusqu’à ce qu’il soit étendu là, sur le sol de la chambre, immobile.
Mon petit maître va être fière de moi.
 
8- Ressortir sec et sauf de la salle de bain un samedi soir
Le samedi est ce jour maudit où les enfants prennent leur bain à la même heure… Tous les trois ensembles…
Lorsque je me retrouve enfermé dans cette pièce avec eux, mon ultime mission est de rester sec, dans cet univers de buée et d’éclaboussures, cette sorte de cure thermale gratuite du week-end. Vais-je réussir? J’évite un canard en plastique, puis une baleine, puis la douche que mini-maître a rallumé, je finis par me cacher parmi les serviettes, j’y arrive enfin. Ils sont sortis, la porte s’ouvre, je vois la lumière… Je suis sec et sauf.
 
9- Ramener le Trophée des Dieux à mes maîtres
Il est là, me narguant au bout du jardin. Il brille au soleil, se déplace doucement. Je m’approche, c’est magnifique, je rêve de le ramener à ma maîtresse, elle va adorer ce présent. Je m’approche encore un peu, lentement, je veux l’attraper avant qu’il ne s’envole. Je suis si proche… Oui ! Enfin je l’ai eu !! Je le serre fort entre mes mâchoires pour ne pas qu’il s’échappe, je le ramène au pied du lit de ma maîtresse avant qu’elle ne se réveille. Ce magnifique trophée des dieux, si beau, si rare !
Lorsqu’elle se lève, je suis là, fier, je la regarde.
« ARRRRRRRRRRRRRRRGHHHHH !!!!!!!!!! UN SCARABEEEEEEEE !!!!!!! »
Je crois qu’elle est vraiment émue d’un tel cadeau.
 
10- Escalader le Mont Lumineux 
Chaque année c’est la même histoire. Ces humains passent des jours à décorer un énorme arbre devant lequel ils s’extasient ensuite. C’est un Mont. Décoré de mille lumières et de centaines de jouets juste pour moi, mon seul but n’est plus que de le gravir. Arriver en haut de cette montagne lumineuse, attraper cette fameuse étoile, tel est mon dixième défi. J’attends le soir, évidement, et je me lance. Les épines me piquent les coussinets, je fais tomber des dizaines de boules qui rebondissent sur le sol. Tant mieux, ça me fera plus de jouets en redescendant. J’y suis presque, je la touche cette étoile, et au moment où mon maître rentre dans le salon pour me dire bravo, je la tiens, j’y suis, au sommet de ce mont des lumières, puis il bascule lentement… Et s’écrase au sol, avec moi. Mon maître a l’air dépité, je crois que c’est parce qu’il n’arrivera jamais à faire ce que je fais. Moi, j’ai réussi. Je ne l’ai jamais vu faire ça lui.
 
11- Dompter les deux dernières arrivantes 
Ah oui, je ne vous ai pas dit. Je ne suis pas le seul chat de la maison. Nous sommes 6, mais les deux dernières arrivantes me donnent tout particulièrement du fil à retordre. Je n’ai pas souvenir d’avoir abîmé un rideau ou cassé quelque chose, moi (non non je vous assure). J’ai donc pour onzième mission de dompter ces deux minis fauves. Pas facile de les suivre tout le temps, un peu de ruse, un ronron dès qu’elles approchent et le tour est joué. Elles s’installent sur moi et dorment (presque) toute la nuit. Mission accomplie. Quand aux rideaux ma maîtresse a dit qu’elle les changerait, ils faut bien leur laisser un peu de marge à ces tornades poilues !
 
12- M’ouvrir au monde « moderne » 
J’ai essayé de me coucher dessus, de lui faire des câlins pendant qu’elle s’en servait, rien à faire. Je ne passe pas (ou très peu) avant cet objet bizarre que ma maîtresse appelle « ordinateur ». Le dernier travail qu’elle m’a donc confié est de m’y faire, tout simplement. J’ai d’abord ouvert et découvert des choses qu’elle même ignorait, puis j’ai réalisé que sur le « net » comme on dit, il y en a pour tous les goûts, même moi j’ai réussi à trouver mon bonheur et mes lectures, nos soirées sont donc partagées autour de ce petit truc qui prend MA place sur ces genoux. 
 
                                                           CAM00697
 
Et c’est ainsi que j’accomplis avec brio, mes 12 travaux !
 
Par Gaïa et ses Bulles de Vie
**********************************************************************************************
Les 12 travaux du jeune papa

La nature est parfois farceuse. A la naissance d’un enfant, tout ne coule pas de source, pour la maman comme pour le papa. Quand l’homme devient père, ses débuts sont souvent un peu chaotiques. Et ce qui est sûr, c’est que le nouveau papa manque d’entraînement. Grâce aux 12 travaux que je lui propose, il va pouvoir tester son courage et prouver à sa chère et tendre qu’il est prêt à tout affronter !

1- « Le sourire jusqu’aux oreilles »
Ceci est un fil rouge. Le jeune papa devra garder le sourire pendant tout le temps des épreuves. Ainsi il démontrera sa capacité à garder son calme et sa bonne humeur en toutes circonstances.

2- « Le supermarché »
Le papa se verra remettre une liste de courses et un caddie. Il devra, en moins de 10 minutes (paiement en caisse compris), réunir les fournitures suivantes : un paquet de couches taille 2 modèle spécial anti-fuites, 6 biberons à base large, 6 tétines à base large en silicone de forme physiologique, une boîte de lait infantile 1er âge anti-régurgitement, une bouteille de liniment Bio, un paquet de carrés de coton, etc. (liste à adapter en fonction des besoins familiaux) Aucune erreur ne sera tolérée !

3- « Le cuistot »
Le jeune papa va devoir, dans cette épreuve, démontrer ses talents de cuisinier. Tel un chef, il devra préparer en 1h un repas complet pour la famille composé d’une entrée à base de cucurbitacée, d’un plat à base de poisson, de pommes de terre et de fenouil et d’un dessert pâtissier. Ce dernier devra être le préféré de la maman : une tarte au citron ou un éclair au chocolat par exemple. Attention, c’est la belle-maman du jeune papa qui sera juge de cet exercice.

4- « Le sac à langer »
Quand bébé part en voyage, c’est un vrai déménagement ! Attention à celui qui oubliera l’essentiel. Il sera donc demandé au jeune papa de préparer le sac à langer de son enfant en prévision d’une balade. Toutes les éventualités devront être anticipées, comme le petit gilet pour les courants d’air ou le petit sac poubelle pour les couches qui sentent le moisi.

5- « Le chat »
Un papa doit savoir jouer avec ses enfants, et ne riez pas, ce n’est pas inné pour tout le monde ! Le papa devra démontrer ses qualités d’imitateur félin en imitant le chat devant une classe entière de maternelle. Si les enfants reconnaissent l’animal et rient, c’est gagné !

6- « Le bricolage »
Le jeune papa devra réussir à monter sans erreur une armoire (ou un lit) en kit à l’aide d’un tournevis et d’un marteau, sans notice et sans aide extérieure. L’exercice sera organisé sur le parking d’un magasin de bricolage et les employés jugeront le résultat. Enfin, les applaudissements du public valideront l’épreuve.

7- « L’endurance »
Pour montrer ses capacités d’endurance et de résistance, le papa devra accompagner sa femme (ou sa mère) pour une journée shopping le premier jour des soldes. Il devra seconder sa chère et tendre dans ses choix vestimentaires, donner un avis objectif pour chaque tenue essayée, porter son sac à main et ses cabas, sans se plaindre et sans s’asseoir (sauf pour la pause repas). Pour faciliter cette épreuve, le papa sera autorisé à faire une cure de vitamine C une semaine avant le jour J.

8- « La séance de massage »
Le papa est le soutien principal de la maman. Il devra, lors de cette épreuve, prouver qu’il sait faire plaisir à sa compagne. Il devra lui faire couler un bain parfumé, en travaillant l’ambiance : bougies et musique douce par exemple. Il installera un petit oreiller pour que sa femme puisse se détendre et pendant qu’elle barbotera, il lui massera les pieds avec délicatesse aussi longtemps qu’elle le souhaitera.

9- « L’histoire »
Un papa est souvent amené à raconter une histoire le soir à son enfant. Cette épreuve sera un entraînement pour lui. Il devra inventer une histoire spontanément sur un thème défini devant une classe d’enfants de CP. L’histoire devra être structurée et cohérente. Pas de calembredaines ! Elle devra être assez réaliste pour que les enfants plongent dedans et que l’on puisse entendre une mouche voler. (La mouche aura été préalablement lâchée dans la salle de classe)

10- « Le portage »
Il s’agit d’une épreuve qui va demander réflexion et dextérité ! Le papa va devoir, en moins de 5min, nouer une écharpe de portage autour de lui et y placer son bébé. Il pourra s’aider d’une notice explicative. Attention à ne pas s’emmêler les pinceaux ! A la fin, l’enfant doit être dans une position physiologique et confortable. Et interdiction d’utiliser des nœuds de marins !

11- « Le bruit »
Parce qu’un bébé pleure beaucoup pendant ses premiers mois, le papa va devoir prouver sa résistance au bruit. Il déclenchera l’alarme d’une voiture, puis restera à moins d’un mètre de celle-ci pendant 1h. Pendant cette heure il devra lire un article de 10 pages sur la paternité, réussir à en comprendre le contenu et en faire un résumé fidèle. (Boules quies, casque anti-bruit et calculatrices non autorisés)

12- « L’orientation »
Afin d’être sûr que le papa soit capable de se promener avec son enfant sans se perdre, il sera emmené puis abandonné dans une forêt avec pour seule aide une boussole et un guide des plantes comestibles. En suivant la direction nord-est, puis en remontant un cours d’eau à la nage, il devra réussir à atteindre la cabane du garde forestier le plus proche avant le coucher du soleil. (Si le papa habite dans une région tropicale, il sera autorisé à prendre avec lui un anti-venin)

Si le jeune papa réussit vaillamment ces 12 épreuves sans faillir, il aura prouvé sa bravoure et son courage et se verra remettre une médaille d’honneur en chocolat, mais surtout il aura gagné la clé qui ouvre la voie vers le bonheur en famille.

Par Maman est au Musée
**********************************************************************************************
Merci les filles pour vos participations!
Si vous vouliez participer mais que vous n’avez pas eu le temps, j’accepte les retardataires jusqu’au 5 mars 20h00 😉
Emi’lit