Les Chroniques de Wildwood – Colin Meloy et Carson

Publié 14 juin 2013 par Emi'lit

image

Quatrième de couverture:
Prue a toujours été une jeune fille obéissante. Et lorsque son père lui demande de ne jamais s’aventurer dans les Territoires Infranchissables, elle l’écoute sagement. Jusqu’au jour où son frère est mystérieusement kidnappé dans son berceau par des corbeaux qui l’emmènent au-delà de la frontière défendue. Avec son ami Curtis, elle décide de braver l’interdit et de partir à son secours. Tous deux découvrent alors un monde magique où des animaux, pas toujours bien intentionnés, imposent leur loi. La mission de sauvetage se transforme rapidement en une lutte pour la libération de cette contrée enchantée qu’on appelle Wildwood. Il était une fois un pays interdit où les animaux avaient décidé d’imposer leur loi…

Mon avis:
Le livre en lui même est déjà super joli. Le papier est épais et irrégulier comme un vieux livre. C’est d’ailleurs ça qui a tout de suite tapé dans l’oeil de Mon Cher et Tendre quand il me l’a acheté. De plus, il y a quelques dessins dedans (dont certains sont en couleurs) qui sont très jolis et qui apportent un petit plus à ce chouette livre.

J’ai vraiment beaucoup aimé ce livre. On rentre très vite dans l’histoire et elle se lit très vite et très bien. Les personnages sont attachants et vraiment différents.  On croise un roi des brigands, un roi oiseau, une gouvernante méchante, des Mystiques et plein d’animaux plus ou moins sympathiques.
La fin est un peu courte et j’aurai aimé en savoir un peu plus sur ce qu’il va se passer à Wildwood après. Ça sent le deuxième tome…

Je le conseille à tous les amateurs de jolies histoires. Il faut cependant aimer les récits où les animaux parlent et où des gens parlent aux arbres.

Textes à contraintes mai/juin 2013 – les consignes

Publié 7 mai 2013 par Emi'lit

Bonjour bonjour!

en avant pour un nouveau texte à contraintes!

 

Les dates:
Vous pouvez m’envoyer vos textes à partir de la parution de cet article et ce jusqu’au  28 juin 2013 à 00h00. Un article regroupant tous les textes reçu paraîtra le 29 juin 2013 dans la journée.

Les contraintes:
Vous devez utiliser tous les mots imposés dans un texte. Pour ce texte-ci pas de thème précis… Vous nous emmenez où vous voulez!

Les mots imposés:
– pégu (synonyme de pécore)– alambiqué
– luciole
– numismate
–  myrtille
– monstrueux
– hanneton
– calligraphe
– 1 nom de ville
– liberté
– musique
– saucisse

Pour envoyer des textes:

Envoyez un mail (adresse: emilie.mamandeschamps@gmail.com) avec en objet « texte à contraintes de janvier/février 2013″. Si vous ne recevez pas de réponse de ma part sous deux jours vous remerciant de votre participation, n’hésitez pas à le renvoyer.

 

Si vous avez des questions, vous pouvez les posez en commentaires sous cet article et j’y répondrais de la même manière.

Emi’lit

 

Textes à contraintes mars/avril 2013 – les participations

Publié 6 mai 2013 par Emi'lit

Bonjour bonjour.

Pour ceux qui auraient raté l’article explicatif, vous pouvez le retrouver ! Pour ceux qui ont la flemme d’aller le lire, la consigne était la suivante: vous tombez dans un terrier le jour de pâques durant la chasse aux oeufs! Racontez ce que vous y trouvez…

Il y a deux textes pour le moment. J’en attends un troisième!

*******************************************************************************************************************

Le texte de Céline The Book Of Mum:

 
Le grand jour est enfin arrivé ! Coiffée de ma mantille qui couvre largement mes solides épaules, je me rends avec entrain  à la grande chasse aux œufs organisée par la très distinguée  Signorina Pipistrelle, une femme surprenante dont le vrai nom reste encore un mystère… Cela dit ses grandes veillées nocturnes pleines de fantaisie et son petit air de souris fouineuse expliquent sans doute en partie son surnom de noctambule.
Cette année elle ne déroge pas à sa réputation : la chasse se fera de nuit, dans son immense parc, à la lueur d’immenses chandeliers faisant scintiller les quelques guirlandes accrochées ici est là. Luna et Pietro sont ravis et ne cessent de me dire : « Maman, maman, ça commence bientôt ??? »
Mais avant que les choses sérieuses ne se mettent vraiment en route, nous nous devons d’inaugurer les festivités par un quadrille des plus virevoltants.
 
Nos petits jeux de jambes effectués, le départ de la course est enfin donné. Le temps est capricieux et très vite une épaisse brume envahit les alentours… Je ne vois bientôt plus rien. Luna et Pietro ont disparu… J’avance à petits pas pour éviter de me prendre les pieds dans un petit bosquet ou tout autre obstacle sur ma route. Il faut que je les retrouve, ils doivent être bien effrayés, seuls dans cette nappe opaque…Soudain, je sens quelque chose se faufiler entre mes jambes. Je me mets alors à vaciller puis, de tout mon poids, je tombe à terre avec comme seul point de chute un buisson épineux.
Il me faut quelques secondes pour me remettre de mes émotions et de mes griffures. Quand je relève enfin la tête, je découvre à mes côtés, une lanterne dans la patte, un lévrier italien de toute beauté. Non seulement il se déplace sur ses deux pattes arrières mais en plus de cela il s’adresse à moi dans un langage parfait !
« Un chien qui parle ??? Je deviens folle ! C’est sans doute le choc… » Mais non, il semble ne pas vouloir s’arrêter. les mots sortent en un flot continu et, la surprise une fois passée, en partie du moins, j’écoute enfin sa requête :
« Veux tu un caramel ? Suis moi ! c’est bon les caramels ! Hein, c’est bon ? Non ? Si c’est bon ! Pietro et Luna adorent ! Viens ! »
 
Je décide de le suivre, il faut que je retrouve mes deux anges et il semble savoir où ils sont… Il me guide alors jusqu’à l’entrée d’un terrier où je retrouve mes deux amours en admiration devant un œuf énorme !
« Vous voilà, j’ai eu si peur pour vous ! » Luna me saute dans les bras, Pietro, lui, me fait un signe de la main comme pour me dire « c’est bon, ça va ». Il se penche alors pour attraper l’œuf. C’est cet instant précis que choisit le lévrier pour, d’un coup de patte, faire chuter mon fils dans ce trou béant qui ne ressemble plus vraiment à un terrier. Sans réfléchir, Luna  toujours dans mes bras, je pars à sa poursuite.  La chute est longue, vertigineuse, interminable…
« Quel poison ce chien !!!!!! Tout ça c’est à cause de lui !!!! »
 
Luna semble apprécier cette petite virée souterraine. Elle attrape au vol quelques miroirs anciens ou autre nœuds papillon bariolés dont la présence en ces lieux demeurent un grand mystère.
Nous arrivons enfin à destination, notre chute étant amortie par un tapis de bonbons et sucreries diverses et variées. C’est sans doute ici que voulait nous emmener le lévrier. Mais étonnamment il ne nous a pas suivi… Nous retrouvons Pietro le nez dans une farandole de sucres d’orge. Il n’a pas l’air d’avoir trop souffert. Luna le rejoint après avoir dérapé sur une flaque de coulis de framboise.
Nonobstant cette mésaventure, les enfants semblent apprécier la tournure de cette soirée. Mais il faut sortir d’ici. Les invités pourraient trouver notre absence surprenante et je ne me vois pas leur expliquer qu’un lévrier italien mangeant du caramel nous a poussé dans un trou et que suite à une chute sans fin nous nous sommes retrouvés dans une caverne d’Ali Baba, remplie de trésors gourmands.
 
Luna décide de suivre la rivière de caramel, se souvenant ainsi des indications de son père : « quand tu es perdue, suis toujours le cours de l’eau, tu trouveras forcément un pêcheur sur ton chemin pour te ramener au bercail ! » Et effectivement après quelques minutes d’une marche savoureuse, nous voilà arrivés au bout du tunnel. les lumières des chandeliers se font de plus en plus vives. Nous sortons alors discrètement, essuyant leurs petites bouches sucrées, ne laissant ainsi aucune trace de notre épopée.
 
Ce soir là, au contraire d’Alice, je n’avais pas rêvé. Le lévrier nous attendait et le caramel coincé sous la chaussure de Pietro fit son bonheur « Merci ! Hummm, c’est bon le caramel ! » 
 Mes deux gourmands ne voulurent plus jamais en parler, un tel trésor, ça se protège non !  En tout cas, je sais maintenant d’où ils viennent quand de leur petites bouches ils viennent déposer un baiser sucré sur ma joue.

************************************************************************************************************************

Le texte d’Emilie Les Sorcières au clair d’étoile

Aujourd’hui c’est Pâques et une chasse à l’œuf géante a été organisée par Merlin dans la Forêt de Brocéliande.

Ce lieu plein de magie est propice à de belles découvertes mais là, je vais vous en conter une vraiment extraordinaire !!!

Déjà, je me présente : Je m’appelle Mimi et je suis une gentille sorcière. Pour l’occasion j’ai mis ma plus jolie robe de sorcière et un magnifique chapeau tout plein de fantaisie ! J’ai vêtu ma petite sorcière de sa plus belle tenue : une robe tutu rose fuchsia qui ne cesse de scintiller comme si elle était faite avec des étoiles…

Nous voilà parties dans la forêt pour y trouver un maximum d’œufs (Ah oui ! je ne vous ai pas dit, je suis une sorcière gourmande !!! J’adore les chocolats, les bonbons et les caramels).

Après quelques pas, nous nous retrouvons dans une clairière où je repère un énorme œuf ! Celui-là, il me le faut ! Je me penche pour l’attraper et…c’est là que commence vraiment mon aventure !!!

Je tombe dans le terrier que cachait cet œuf…Ce doit être le terrier d’un éléphant tellement l’entrée est énorme ! (Oui, dans le monde des sorciers, les éléphants ont le droit d’avoir un terrier !!).

Pendant ma chute vertigineuse et interminable, je ne vois rien qu’une lumière aveuglante…Mais je n’ai pas peur du tout, parce que vous ne le savez pas encore mais je suis une sorcière courageuse

Ma grande robe fait comme un parachute et me permet d’atterrir tout en douceur au fond du terrier (je ne regrette vraiment pas de l’avoir mise celle-là !!). Je m’habitue à la clarté et me rend compte que je suis à nouveau dans une forêt et que là, juste en face, se trouve une jolie maison très accueillante. Je m’en vais donc frapper à la porte tout doucement et un éléphant très classe, portant son plus beau costume et un nœud papillon vient m’ouvrir. Je suis ravie (Vous ne le savez peut-être pas mais j’adore les éléphants !!!!!!). Il se présente, il s’appelle Eli, et il m’invite à entrer…

J’ai besoin de me refaire une beauté après cette chute folle et lui demande donc si je peux utiliser sa salle de bains. Me voilà donc à me recoiffer et me pomponner devant le miroir, chez Eli l’éléphant !! Je suis toute émoustillée de pouvoir discuter avec un éléphant.

Me revoilà donc dans son salon où il m’attend avec du thé et des cupcakes… Je me régale !!

Je lui raconte comment je suis arrivée là et nonobstant ma joie de cette rencontre, je suis face à un problème épineux : il va me falloir trouver une solution pour retourner auprès de ma petite sorcière et de mes amis !! Comment faire ?

Eli sait exactement comment faire ! Il faut dire qu’il reçoit régulièrement de la visite et qu’il sait recevoir mais aussi prendre congé !

Il m’explique :

« Pour retourner voir ta famille

Tu vas devoir mettre une mantille

Puis tu danseras le quadrille

Et mangeras un plat de morilles

Tout ça sans peccadilles »

C’est bien beau tout ça mais là j’avoue que je suis restée sceptique !!! J’ai toujours peur que les champignons soient poison ! Mais bon, j’ai fait confiance à mon nouvel ami Eli, j’ai mis mon plus joli voile, danser à merveille (je suis une sorcière qui sait danser !!!), j’ai mangé un bon petit plat de champignons et tout à coup…. une nuée de pipistrelles s’est ruée sur moi !!!!

J’ai à peine eu le temps de dire au revoir à Eli qu’elles m’entrainaient déjà vers la sortie !!!

Et en quelques instants, je me suis retrouvée auprès de ma famille !!! Quelle joie !!!!

Il fait déjà nuit mais je leur raconte mes aventures, confortablement installés sur un lit de mousse et de feuilles, au clair des étoiles et de la lune…

 

******************************************************************************************************************

Le texte d’Aurélie C.

Nous y voilà, les enfants attendent ce moment depuis des jours. Cette année, nous avons organisé une course aux œufs géante avec les enfants du village. Un grand champ est réquisitionné pour l’occasion.

Les hommes se sont occupés de couper les branches épineuses des arbres, afin qu’aucun enfant ne puisse se blesser. Ils ont également contrôlé qu’il ne reste aucun trou, aucun terrier dans lequel un petit bout de chou pourrait tomber.

Les femmes, quant à elles, se sont occupées d’aller cacher tous les bons chocolats, œufs, lapins, poules, cloches… Quelque soit la forme de ces trésors, les enfants se font toujours une joie de les chercher…et encore plus de les manger !

Nous sommes tous réunis à l’entrée du champ, parents, enfants, grands-parents… Tous les enfants ont à la main de jolis paniers… grands et vides, prêts à se remplir de délicieux chocolats !

Un ciel bleu magnifique, un soleil radieux, des oiseaux qui chantent et des enfants qui courent, crient, sautent de joie !

J’aide mon ptit dernier à faire sa chasse aux trésors. Il est tout fou, court partout, et saute sur les œufs dès qu’il en trouve avant qu’un autre enfant ne s’en empare.

Soudain, il lève ses grands yeux gris vers une lumière qui scintille au milieu d’un buisson. Il court vers celui-ci quand je le rattrape juste à temps par le col de sa veste. Juste devant lui, à quelques petits pas se trouve une toute petite pipistrelle qui le regarde intensément. Mon ptit s’agenouille devant cette jolie chauve-souris qui se trouve juste à côté d’un gros…très gros œuf. Il tremble d’envie de tendre sa main pour attraper cet œuf, mais la chauve-souris semble l’hypnotiser. Je me baisse et tends la main pour le saisir, quant au dernier moment, je me rends compte que cet œuf énorme se trouve juste à l’entrée d’un terrier, sombre et profond ! Je tiens toujours fermement mon ptit par le col, mais quelle sensation étrange !… D’un coup je me sens comme engloutie par ce terrier… J’ai juste le temps de lâcher l’œuf et d’attraper fermement mon ptit dans les bras, quand brusquement, nous sommes aspirés par le trou ! La pipistrelle nous regarde nous faire avaler et a comme un sourire qui se dessine sur son visage …

D’un coup, le terrier se referme et nous tombons, tombons, tombons… de plus en plus loin… de plus en plus profond, mais bizarrement notre chute ralentit au fur et à mesure comme si nous étions posés sur le dos d’un animal qui vole et nous fait voyager dans de longues galeries interminables. Mon ptit est blotti contre moi et observe tout ce qui nous entoure. C’est vraiment étrange… au fur et à mesure de notre descente, nous voyons de mieux en mieux. En effet, des petites lumières clignotent, dansent autour de nous… Mais quelle est cette fantaisie ? Les lumières sont en réalité de petites lucioles qui virevoltent !

Je baisse mes yeux, et grâce à ces lucioles qui nous éclairent de plus en plus, je réalise qu’effectivement, nous sommes bien posés sur un animal… Et quel animal !! Je n’en crois pas mes yeux !! Sous nos fesses, sous nos mains se trouvent un magnifique pelage, de somptueuses ailes, de longues pattes, et une tête exquise avec une crinière majestueuse d’une couleur hors du commun … un doux et luisant caramel pour habiller ce divin cheval ailé.

L’animal de mes rêves… Je suis avec mon fils, assise sur un cheval ailé… Mais comment est ce possible ? Je me dis, qu’à mon avis, nous ne sommes pas au bout de nos surprises !

En effet, j’ai à peine le temps de finir ma phrase, que notre monture se pose enfin… des centaines et des centaines de mètres plus bas. Une lumière vive, des odeurs très différentes, des couleurs vives nous entourent… et des créatures étranges, agréables et rigolotes… Des espèces d’oiseaux en forme de gros nœuds papillons, avec des longs becs de couleurs fluo.

Des sortes de petits écureuils avec une queue tellement longue et touffue qu’ils pourraient sans doute s’en servir comme d’une hélice et s’envoler.

Des fleurs de toutes formes, toutes couleurs, aux odeurs de bonbons. Elles sont si jolies et si odorantes que nous sommes très attirés et nous avons comme une envie irrépressible d’en manger ! Après tout, dans notre monde, nous dégustons bien des fleurs… Alors pourquoi pas dans ce monde-ci ? Elles ont l’air encore meilleures ! Je tends la main pour en prendre une, qui me semble particulièrement délectable. Quand… un cri surgit derrière moi… un STOP… tellement fort…tellement soudain… tellement drôle !!!! Mais d’où vient ce son hilarant qui ressemble à une voie d’enfant mais qui aurait aspiré de l’hélium et aurait une voie de cartoon ?!

Je ne vois personne, et pourtant la petite voie reprend « STOP, ne mangez pas ces fleurs… elles sont très dangereuses et contiennent un poison qui vous transformera sur le champ en créatures étranges et vous condamnera à passer le reste de vos jours ici… dans ce monde ! Comment croyez vous que toutes les créatures que vous croisez ici existent ? »

Je cherche partout pour trouver l’origine de cette petite voie, mais ne vois rien de plus que notre cheval ailé, les fleurs, les écureuils à queue gigantesque, et les drôles d’oiseaux multicolores. Quand mon œil est subitement attiré par de petits êtres, vraiment tout petits… Des sortes de sylphides, mais en miniature ! Elles portent de longues robes et des mantilles sur la tête et ont chacune dans leur main un miroir.

Elles se regroupent toutes autour de nous et celle qui nous avait crié de ne pas manger les fleurs m’explique leur histoire. Elles étaient un groupe de jeunes filles se promenant dans un champ quand une pipistrelle attira leur attention. Elles s’approchèrent de la chauve-souris pour l’observer quand elles tombèrent dans un terrier très profond et atterrirent dans ce monde. Nonobstant leur peur, elles étaient affamées et mangèrent quelques fruits et fleurs, et soudainement, se transformèrent en ces fabuleuses sylphides. Elles ne purent donc jamais repartir dans le monde du dessus et furent condamnées à rester ici et à danser le quadrille pour passer le temps.

Elles m’expliquent que régulièrement des gens tombent dans ce terrier à cause de l’attirance que nous avons pour cette chauve- souris, elle est comme la gardienne du terrier et essaie d’attirer le maximum de personnes dans leur monde afin qu’il existe de plus en plus de créatures fantastiques. Le seul moyen d’échapper à ce sort étant de ne pas manger ces fleurs, de remonter sur le dos du cheval ailé, de regarder dans un miroir et de penser très fortement au monde dans lequel nous souhaitons retourner.

Je suis restée très longuement assise sur le dos de ce sublime cheval caramel, avec mon fils entre les bras, à me demander dans quel monde, je souhaitais que nous vivions……….

 

***********************************************************************************************************************

Merci pour vos participations! Je laisse les participations ouvertes pour encore quelques jours 😉

 

Texte à contraintes mars/avril 2013 – les consignes

Publié 28 février 2013 par Emi'lit

Bonjour bonjour!

Voici notre nouveau texte à contraintes. Pour celui-ci, je me suis inspirée de la célèbre histoire de Lewis Carroll: Alice au pays des merveilles. Mais attention, tout est permis et vous n’êtes pas obligés de faire un remake de cette histoire!

Les dates:
Vous pouvez m’envoyer vos textes à partir de la parution de cet article et ce jusqu’au 29 avril 2013 à 20h00. Un article regroupant tous les textes reçu paraîtra le 30 avril dans la journée.

Le thème:
Alice au pays des merveilles

Les consignes:
C’est  Pâques. Vous cherchez les oeufs avec vos enfants. Un gros oeuf se trouve juste à l’entrée d’un terrier. Vous vous baissez pour le ramasser et vous basculez carrément dans le trou. Votre chute est vertigineuse et interminable…

Racontez moi où vous tombez!

Soyez inventifs, sérieux ou pas, drôle ou pas, à vous de voir!
Mots imposés:
– un animal (celui que vous voulez)
– poison
– noeud papillon
– nonobstant
– pipistrelle
– scintiller
– fantaisie
– quadrille
– miroir
– épineux
– mantille
– caramel

Petit plus: (facultatif)
Vous pouvez, si vous le désirez accompagner votre texte d’une illustration.

 

Pour envoyer des textes:
Envoyez un mail (adresse: emilie.mamandeschamps@gmail.com) avec en objet  « texte à contraintes de janvier/février 2013″. Si vous ne recevez pas de réponse de ma part sous deux jours vous remerciant de votre participation, n’hésitez pas à le renvoyer.

 

 

 

Si vous avez des questions, vous pouvez les posez en commentaires sous cet article et j’y répondrais de la même manière.

Emi’lit

Texte à contraintes janvier/février 2013 – les participations

Publié 28 février 2013 par Emi'lit
 Bonjour bonjour.Pour ceux qui auraient raté l’article explicatif, vous pouvez le retrouver !  Pour ceux qui ont la flemme d’aller le lire, la consigne était la suivante: écrire les 12 travaux de ce que vous voulez avec des mots imposés!

 ******************************************************************************************

Les 12 travaux de l’institueuse.
Une journée de classe ressemble fortement à une aventure épique. L’institueuse est un Hercule en puissance, le poireau en moins, sans anachronisme aucun.
Pas le droit à l’erreur, il faut sortir victorieuse de toutes les batailles, au risque de se faire bouffer par les 28 lionceaux enragés.
Voici un texte découvert dans un livre de mythologie, que j’ai dépoussiéré pour relater les faits:
* Avant même l’arrivée des félins, l’institueuse se prépara psychologiquement pour ne pas être prise pour un gland par ses petites chouquettes sucrées (les gaminous qui risqueraient de l’achever). Son premier travail consista à faire en sorte que tout soit parfait, pensé, analysé. Elle grimpa par dessus les chaises et les tables, pour que les activités du matin soient alignées, organisées.
C’est donc légèrement rosée qu’elle ouvrit la fosse. Dubitative, elle observa le plus timide, qui semblait plus chat que lion féroce. Il faut se méfier du matou qui ronronne. Les griffes ne sont jamais loin. Bingo. Il ne disait rien. Il se faisait pipi dessus. Sans flancher devant l’odeur, sans lâcher les autres du regard, l’institueuse changea le miauleur…
Elle se trouva ensuite confrontée au défi de la poubelle. Résister à balancer le détritus, en réalité activité faite à la va-comme-j’te-pousse d’un paresseux. Grande était l’envie. L’institueuse lutta contre ce désir. Victoire.

Mais aussitôt, tels le chant des sirènes, les larmoiements incessants d’un animal qui veut sa môman attaquèrent les neurones et les tympans de l’institueuse. Elle se sentit partir à la dérive dans les méandres plumeux d’un oreiller nuageux. Penser à autre chose, ne pas écouter les cris… Il lui fallût se raccrocher à la réalité. Elle siffla la récré. Le miauleur se tût.
Dans la cour, alors qu’elle se remettait de ses émotions, l’institueuse fut assaillie de lionceaux, hurlant, se vendant les uns les autres. Repoussant les attaques, elle réussit à comprendre, d’un regard, qui était en train de débiter des calembredaines. Mission réussie.
L’heure de la pause ne fût pas des plus sereines. La graine plantée quelques jours auparavant, qui devait finir haricot, se révéla en réalité un immense cucurbitacée, qui s’enroula tout à coup autour de l’institueuse, tandis qu’elle corrigeait consciencieusement ses copies. Un coup de stylo rouge en plein coeur déjoua la manoeuvre.
Les fournitures de bureau se mirent alors en révolution, s’envolant, s’enfuyant, déversant de l’encre, gommant les couleurs de la salle de classe… L’institueuse chassa les malotrus, enferma les récalcitrants au scotch et à la patafix.
Les enfants revenus, elle dût se battre contre un nouveau défi: réussir à enlever manteaux, bonnets, gants, écharpes… et à les tenir rassemblés à chaque clou, pour que chacun garde sa chacune… Le bonheur de la réussite se peignit sur son visage… mais il fût de courte durée…
La leçon en pleine nature promettait des surprises insoupçonnées. Rattraper le fugueur qui tente de grimper au grillage tout en empêchant le vilain d’écraser le ver de terre, en évitant à la cracra de bouffer toute la terre… Il fallût 3 ou 4 bras à l’institueuse pour s‘en sortir.
Lire une histoire, tous assis sur le tapis… enfin un peu de repos… mais le sourire de la ptite arsouille n’augurait rien de bon. Il cachait effectivement le ver de terre sus mentionné, balancé dans le cou de la camarade, qui se mit à hurler et trémousser. L’institueuse dût s’armer de tout son sang froid pour aller récupérer la bête immonde et la jeter par la fenêtre.
Les parents qui viennent récupérer leurs enfants fût la mission la plus périlleuse de la journée. Les reconnaître, appeler les bons enfants, connaître minute par seconde le déroulement de la journée pour chacun, … la mémoire de l’institueuse fût mise à rude épreuve. Elle se promit une cure de vitamines dès le lendemain.
Enfin, elle avait réussi tous les travaux… Elle récupéra son sac de classe, prête à rentrer bosser chez elle. Rempli de vers de terre…

Mais quand s’arrêtent les travaux de l’institueuse????

Par Cynthia Maman Bavarde

*************************************************************************************************************

LES 12 TRAVAUX DU CHAT
 
Comme le titre l’indique, je suis un chat. MA demeure est assez grande pour que je daigne accepter la présence de deux adultes, qui se prennent pour mes « maîtres » (miahahahahaou), ainsi que de trois « minis-maîtres » (oui parce qu’ils sont vachement plus petits quand même). 
Je vais vous conter mes 12 plus belles conquêtes, ou épreuves, bref, mes 12 travaux à moi.
 
1- Marquer mon territoire
Il n’est pas chose facile de s’imposer dans un quartiers peuplé de chats tous plus malotrus les uns que les autres. Mais mon jardin, c’est chez MOI. Le premier de mes 12 travaux est donc de le faire remarquer aux chavoisins et chavoisines, en déposant quelques gouttes de mon urine aux quatre coins du terrain. Un peu sur le portail d’entrée, un peu au coin du fond, derrière les plans de cucurbitacées, un peu à côté de la porte et enfin sur la poubelle aussi. Ne croyez pas que ce travail est aisé, surtout quand on a pas forcément envie d’uriner.
 
2- Réussir à engloutir 7 crêpes en moins de 10 minutes
On y est. Ce moment de pur bonheur où ma maîtresse fait des crêpes et où mes minis-maîtres ne finissent pas tout. Lorsque cette mini-humaine en couche est fatiguée et que ma maîtresse va la coucher, espérant ainsi se finir ces choses délicieuses à elle toute seule, elle oublie un détail: les crêpes sont restées sur la table de la cuisine. Et JE suis dans la cuisine… Ce défi est pour moi ! Je sais que je n’ai pas beaucoup de temps, mais c’est si bon qu’à peine est-elle revenue, l’assiette est vide. Défi réussi !!! (tiens c’est bizarre, elle n’a pas l’air très contente, aller un sourire, un ronron, et n’en parlons plus…)
 
3- Passer une nuit sans réveiller mes maîtres
C’est un des travaux les plus durs à accomplir. La nuit, c’est mon moment, pas un mini-maître qui court, des jouets et des petits cubes dans tous les coins, des choses qui font du bruit et de la lumière, le sac à main grand ouvert de ma maîtresse avec ses clés dedans, si passionnant pour moi. Mais je vais résister, oui je vais y arriver, je ne répondrai pas à l’appel de cette petite balle oubliée au milieu du salon, je ne marcherai pas sur ce xylophone à côté du canapé. Dormir, oui dormir, manger un peu, dormir… 
Le jour se lève. J’ai réussi !!! Je m’épate moi-même sur ce coup-là.
 
4- Survivre à une fête d’anniversaire
Et malheureusement cela se produit assez régulièrement. Des minis-humains hystériques viennent troubler mon repos si précieux, ils hurlent calembredaines et chansons, courent partout, entassent des espèces de fournitures emballées qu’ils appellent « cadeaux »… Le véritable cadeau est leur départ, en attendant je me contente de monter en haut de la plus haute armoire, et d’attendre patiemment. Le soir venu, je suis encore en vie, travail accompli donc, et sans grand effort 😉
 
5- Résister à l’appel d’un bon gâteau laissé sur la table
Le seul avantage connu d’une fête d’anniversaire d’ailleurs… Le soir venu donc, étant toujours en vie je profite du moment où ma maîtresse raccompagne les minis-humains pour réaliser que cet énorme Saint Honoré demeure toujours sur la table de la salle à manger. Mais aux vues des réactions de ma maîtresse suite à l’épisode des crêpes, je comprends que mon travail se situe là à ne pas y toucher. C’est dur, très (trop) dur, je m’en vais me venger sur les nouveaux jouets dans la chambre, je vais bien trouver quelque chose pour m’occuper jusqu’à l’heure du repas…
 
6- Surveiller le bébé lorsque ma maîtresse prend sa douche
Dur défi que celui-ci. Si cette mini-humaine en couche se réveille, je dois courir entre la porte de sa chambre et la salle de bain, miauler aux pieds de ma maîtresse qui sortira donc aussi en courant, avec un espèce de casque fait de mousse sur la tête (ce qui est pour moi, la partie la plus drôle). Mais heureusement, cette mini-puce se réveille rarement, et ma maîtresse est équipée d’une sorte de radio émetteur qui transmets les sons de ronflement de sa petite chose. Ce qui me permet d’accomplir ce sixième travail le plus simplement du monde, comme vous pouvez le constater :                                                       IMG1141

 
7- Vaincre l’ours de mon mini-maître
Depuis Noël, il se passe un drame horrible dans la chambre de mon mini-maître toutes les nuits. Il se fait dévorer par un ours. Un énorme, au moins 14 fois ma taille, venu d’une nature sauvage et étrange appelée « magasin »…
Ma maîtresse ne me l’a pas avoué mais je le sais, mon septième travail est d’anéantir ce monstre, cette affreuse menace !
Je prends mon courage à deux pattes, me cache sous l’oreiller, attends qu’il soit immobile et hop ! Je lui saute dessus, lui arrache une oreille, mon coeur bat trop vite mais je n’ai pas peur, je l’attaque encore et encore jusqu’à ce qu’il soit étendu là, sur le sol de la chambre, immobile.
Mon petit maître va être fière de moi.
 
8- Ressortir sec et sauf de la salle de bain un samedi soir
Le samedi est ce jour maudit où les enfants prennent leur bain à la même heure… Tous les trois ensembles…
Lorsque je me retrouve enfermé dans cette pièce avec eux, mon ultime mission est de rester sec, dans cet univers de buée et d’éclaboussures, cette sorte de cure thermale gratuite du week-end. Vais-je réussir? J’évite un canard en plastique, puis une baleine, puis la douche que mini-maître a rallumé, je finis par me cacher parmi les serviettes, j’y arrive enfin. Ils sont sortis, la porte s’ouvre, je vois la lumière… Je suis sec et sauf.
 
9- Ramener le Trophée des Dieux à mes maîtres
Il est là, me narguant au bout du jardin. Il brille au soleil, se déplace doucement. Je m’approche, c’est magnifique, je rêve de le ramener à ma maîtresse, elle va adorer ce présent. Je m’approche encore un peu, lentement, je veux l’attraper avant qu’il ne s’envole. Je suis si proche… Oui ! Enfin je l’ai eu !! Je le serre fort entre mes mâchoires pour ne pas qu’il s’échappe, je le ramène au pied du lit de ma maîtresse avant qu’elle ne se réveille. Ce magnifique trophée des dieux, si beau, si rare !
Lorsqu’elle se lève, je suis là, fier, je la regarde.
« ARRRRRRRRRRRRRRRGHHHHH !!!!!!!!!! UN SCARABEEEEEEEE !!!!!!! »
Je crois qu’elle est vraiment émue d’un tel cadeau.
 
10- Escalader le Mont Lumineux 
Chaque année c’est la même histoire. Ces humains passent des jours à décorer un énorme arbre devant lequel ils s’extasient ensuite. C’est un Mont. Décoré de mille lumières et de centaines de jouets juste pour moi, mon seul but n’est plus que de le gravir. Arriver en haut de cette montagne lumineuse, attraper cette fameuse étoile, tel est mon dixième défi. J’attends le soir, évidement, et je me lance. Les épines me piquent les coussinets, je fais tomber des dizaines de boules qui rebondissent sur le sol. Tant mieux, ça me fera plus de jouets en redescendant. J’y suis presque, je la touche cette étoile, et au moment où mon maître rentre dans le salon pour me dire bravo, je la tiens, j’y suis, au sommet de ce mont des lumières, puis il bascule lentement… Et s’écrase au sol, avec moi. Mon maître a l’air dépité, je crois que c’est parce qu’il n’arrivera jamais à faire ce que je fais. Moi, j’ai réussi. Je ne l’ai jamais vu faire ça lui.
 
11- Dompter les deux dernières arrivantes 
Ah oui, je ne vous ai pas dit. Je ne suis pas le seul chat de la maison. Nous sommes 6, mais les deux dernières arrivantes me donnent tout particulièrement du fil à retordre. Je n’ai pas souvenir d’avoir abîmé un rideau ou cassé quelque chose, moi (non non je vous assure). J’ai donc pour onzième mission de dompter ces deux minis fauves. Pas facile de les suivre tout le temps, un peu de ruse, un ronron dès qu’elles approchent et le tour est joué. Elles s’installent sur moi et dorment (presque) toute la nuit. Mission accomplie. Quand aux rideaux ma maîtresse a dit qu’elle les changerait, ils faut bien leur laisser un peu de marge à ces tornades poilues !
 
12- M’ouvrir au monde « moderne » 
J’ai essayé de me coucher dessus, de lui faire des câlins pendant qu’elle s’en servait, rien à faire. Je ne passe pas (ou très peu) avant cet objet bizarre que ma maîtresse appelle « ordinateur ». Le dernier travail qu’elle m’a donc confié est de m’y faire, tout simplement. J’ai d’abord ouvert et découvert des choses qu’elle même ignorait, puis j’ai réalisé que sur le « net » comme on dit, il y en a pour tous les goûts, même moi j’ai réussi à trouver mon bonheur et mes lectures, nos soirées sont donc partagées autour de ce petit truc qui prend MA place sur ces genoux. 
 
                                                           CAM00697
 
Et c’est ainsi que j’accomplis avec brio, mes 12 travaux !
 
Par Gaïa et ses Bulles de Vie
**********************************************************************************************
Les 12 travaux du jeune papa

La nature est parfois farceuse. A la naissance d’un enfant, tout ne coule pas de source, pour la maman comme pour le papa. Quand l’homme devient père, ses débuts sont souvent un peu chaotiques. Et ce qui est sûr, c’est que le nouveau papa manque d’entraînement. Grâce aux 12 travaux que je lui propose, il va pouvoir tester son courage et prouver à sa chère et tendre qu’il est prêt à tout affronter !

1- « Le sourire jusqu’aux oreilles »
Ceci est un fil rouge. Le jeune papa devra garder le sourire pendant tout le temps des épreuves. Ainsi il démontrera sa capacité à garder son calme et sa bonne humeur en toutes circonstances.

2- « Le supermarché »
Le papa se verra remettre une liste de courses et un caddie. Il devra, en moins de 10 minutes (paiement en caisse compris), réunir les fournitures suivantes : un paquet de couches taille 2 modèle spécial anti-fuites, 6 biberons à base large, 6 tétines à base large en silicone de forme physiologique, une boîte de lait infantile 1er âge anti-régurgitement, une bouteille de liniment Bio, un paquet de carrés de coton, etc. (liste à adapter en fonction des besoins familiaux) Aucune erreur ne sera tolérée !

3- « Le cuistot »
Le jeune papa va devoir, dans cette épreuve, démontrer ses talents de cuisinier. Tel un chef, il devra préparer en 1h un repas complet pour la famille composé d’une entrée à base de cucurbitacée, d’un plat à base de poisson, de pommes de terre et de fenouil et d’un dessert pâtissier. Ce dernier devra être le préféré de la maman : une tarte au citron ou un éclair au chocolat par exemple. Attention, c’est la belle-maman du jeune papa qui sera juge de cet exercice.

4- « Le sac à langer »
Quand bébé part en voyage, c’est un vrai déménagement ! Attention à celui qui oubliera l’essentiel. Il sera donc demandé au jeune papa de préparer le sac à langer de son enfant en prévision d’une balade. Toutes les éventualités devront être anticipées, comme le petit gilet pour les courants d’air ou le petit sac poubelle pour les couches qui sentent le moisi.

5- « Le chat »
Un papa doit savoir jouer avec ses enfants, et ne riez pas, ce n’est pas inné pour tout le monde ! Le papa devra démontrer ses qualités d’imitateur félin en imitant le chat devant une classe entière de maternelle. Si les enfants reconnaissent l’animal et rient, c’est gagné !

6- « Le bricolage »
Le jeune papa devra réussir à monter sans erreur une armoire (ou un lit) en kit à l’aide d’un tournevis et d’un marteau, sans notice et sans aide extérieure. L’exercice sera organisé sur le parking d’un magasin de bricolage et les employés jugeront le résultat. Enfin, les applaudissements du public valideront l’épreuve.

7- « L’endurance »
Pour montrer ses capacités d’endurance et de résistance, le papa devra accompagner sa femme (ou sa mère) pour une journée shopping le premier jour des soldes. Il devra seconder sa chère et tendre dans ses choix vestimentaires, donner un avis objectif pour chaque tenue essayée, porter son sac à main et ses cabas, sans se plaindre et sans s’asseoir (sauf pour la pause repas). Pour faciliter cette épreuve, le papa sera autorisé à faire une cure de vitamine C une semaine avant le jour J.

8- « La séance de massage »
Le papa est le soutien principal de la maman. Il devra, lors de cette épreuve, prouver qu’il sait faire plaisir à sa compagne. Il devra lui faire couler un bain parfumé, en travaillant l’ambiance : bougies et musique douce par exemple. Il installera un petit oreiller pour que sa femme puisse se détendre et pendant qu’elle barbotera, il lui massera les pieds avec délicatesse aussi longtemps qu’elle le souhaitera.

9- « L’histoire »
Un papa est souvent amené à raconter une histoire le soir à son enfant. Cette épreuve sera un entraînement pour lui. Il devra inventer une histoire spontanément sur un thème défini devant une classe d’enfants de CP. L’histoire devra être structurée et cohérente. Pas de calembredaines ! Elle devra être assez réaliste pour que les enfants plongent dedans et que l’on puisse entendre une mouche voler. (La mouche aura été préalablement lâchée dans la salle de classe)

10- « Le portage »
Il s’agit d’une épreuve qui va demander réflexion et dextérité ! Le papa va devoir, en moins de 5min, nouer une écharpe de portage autour de lui et y placer son bébé. Il pourra s’aider d’une notice explicative. Attention à ne pas s’emmêler les pinceaux ! A la fin, l’enfant doit être dans une position physiologique et confortable. Et interdiction d’utiliser des nœuds de marins !

11- « Le bruit »
Parce qu’un bébé pleure beaucoup pendant ses premiers mois, le papa va devoir prouver sa résistance au bruit. Il déclenchera l’alarme d’une voiture, puis restera à moins d’un mètre de celle-ci pendant 1h. Pendant cette heure il devra lire un article de 10 pages sur la paternité, réussir à en comprendre le contenu et en faire un résumé fidèle. (Boules quies, casque anti-bruit et calculatrices non autorisés)

12- « L’orientation »
Afin d’être sûr que le papa soit capable de se promener avec son enfant sans se perdre, il sera emmené puis abandonné dans une forêt avec pour seule aide une boussole et un guide des plantes comestibles. En suivant la direction nord-est, puis en remontant un cours d’eau à la nage, il devra réussir à atteindre la cabane du garde forestier le plus proche avant le coucher du soleil. (Si le papa habite dans une région tropicale, il sera autorisé à prendre avec lui un anti-venin)

Si le jeune papa réussit vaillamment ces 12 épreuves sans faillir, il aura prouvé sa bravoure et son courage et se verra remettre une médaille d’honneur en chocolat, mais surtout il aura gagné la clé qui ouvre la voie vers le bonheur en famille.

Par Maman est au Musée
**********************************************************************************************
Merci les filles pour vos participations!
Si vous vouliez participer mais que vous n’avez pas eu le temps, j’accepte les retardataires jusqu’au 5 mars 20h00 😉
Emi’lit

Texte à contraintes janvier/février 2013 – les consignes

Publié 9 janvier 2013 par Emi'lit

Bonjour bonjour,

aujourd’hui je lance le début de ce nouveau texte à contraintes.

 

Les dates:
Vous pouvez m’envoyer vos textes à partir de la parution de cet article et ce jusqu’au 27 février 2013 à 16h00. Un article regroupant tous les textes reçu paraîtra le 28 février dans la journée.

 

Le thème:
Les 12 travaux.

 

La consigne:
Vous avez tous entendus parler des 12 travaux d’Hercule (pour mémoire: ramener la peau du lion de Némée, Tuer l’hydre de Lerne, ramener la biche de Cyrénée, ramener le sanglier d’Erymanthe, nettoyer les écuries d’Augias, détruire les oiseaux du lac Stymphale, dompter le taureau de Crète, capturer les juments de Diomède,  rapporter la ceinture d’Hippolyte la reine des Amazones, voler les boeufs de Géryon, rapporter les pommes d’or du jardin des Hespérides et pour finir ramener Cerbère le chien aux trois têtes des Enfers) ou encore des 12 travaux d’Astérix (battre Mérinos à la course, lancer le javelot plus loin que Kermès le Perse, vaincre Cylindric le Germain lors d’un combat, affronter les prêtresses de l’île du plaisir, soutenir l’insoutenable regard d’Iris le magicien venu d’Egypte, manger le repas préparé par Mannekenpix le Belge les cuisinier des Titans, pénétrer dans l’antre de la Bête, obtenir le laissez-passer A-38 dans la maison qui rend fou, traverser un ravin sur un fil invisible au dessus des crocodiles du Nil, escalader la plus haute montagne et répondre à l’énigme du Vénérable du Sommet, dormir sur la plaine des trépassés et pour finir participer aux jeux du cirque Maxime).

Je vais vous demander de m’écrire à votre tour une série de 12 travaux… Les 12 travaux de l’auteur/ du lecteur/ de la blogueuse/ de la maman/ … A vous de décider!

Soyez originaux, créatifs, drôles, sérieux, farfelus… tout est possible!

 

Les contraintes:
1)Je ne veux pas une simple liste (sinon j’aurais fait un texte à contraintes façon les 10 commandements). Il faut un peu de détails quand même…

2) Intégrer tous les mots/expressions suivants:

– le nom d’une pâtisserie (celle que vous voulez)

– chat

– poubelle

– oreiller

– calembredaine

– cucurbitacée

– fourniture

– bonheur

– nature

– sourire

– cure

– sac à main

 

Petit plus: (facultatif)
Vous pouvez, si vous le désirez accompagner votre texte d’une illustration.

 

Pour envoyer des textes:
Envoyez un mail (adresse: emilie.mamandeschamps@gmail.com) avec en objet  « texte à contraintes de janvier/février 2013 ». Si vous ne recevez pas de réponse de ma part sous deux jours vous remerciant de votre participation, n’hésitez pas à le renvoyer.

 

 

 

Si vous avez des questions, vous pouvez les posez en commentaires sous cet article et j’y répondrais de la même manière.

 

 Emi’lit

Sous mon sapin…

Publié 8 janvier 2013 par Emi'lit

Cette année, le Père Noël m’a apporté tout un tas de livres! J’ai de quoi lire pour les quelques mois à venir… Je vous présenterai bien sûr chacun des livres un par un, mais pour vous donner une petite idée, voici ce que j’ai à lire cette année.

 

Pour commencer, Le livre du Graal T1 de la collection Pléiade.
le_livre_du_graal_pleiade

Présentation de l’éditeur:

Etrange destin que celui de cette œuvre immense, que la Pléiade publiera intégralement. Aucune histoire n’est plus célèbre – sans parler des personnages : Arthur, Merlin, Viviane, Lancelot, etc. – et aucun texte n’est moins connu sous son jour véritable.

Ce cycle en prose du XIIIe siècle, les spécialistes l’appellent Lancelot-Graal ; et le public le connaît surtout dans des versions revues simplifiées, édulcorées, ce qu’on nomme généralement Les Romans de la Table ronde. Mais l’œuvre existe, elle est monumentale et splendide, et désormais on peut la lire dans une édition bilingue fondée sur un manuscrit inédit.

Ce premier volume est celui des  » enfances  » : genèse, tribulations du saint Graal dans Joseph d’Arimathie ; mise en place de la Table Ronde dans Merlin (lequel Merlin, prophète bien plus qu’enchanteur, n’est autre que le fils du diable) ; jeunesse et premiers exploits du roi Arthur, enfin.

A venir dans les deux volumes suivants : le roman de Lancelot, La Quête du saint Graal, La Mort du roi Arthur.

Il fait 1900 pages, donc ne vous attendez pas à avoir mon avis tout de suite hein!

***

Dans la série livre épais, j’ai aussi reçu le premier tome des oeuvres complètes de Lewis Carroll:
lewis_carroll

Presque 1000 pages où l’on retrouve la vie de cet auteur, ainsi que son oeuvre (enfin une partie puisqu’il y a deux tomes).

***

Ensuite, l’encyclopédie des desserts. Alors là je crois que Mon Cher et Tendre a voulu me faire passer un message: il veut que je fasse plus de bons gâteaux… ou alors simplement, il me connait bien et connait mon amour pour la pâtisserie.
encyclopedie_desserts

Ce qu’il y a de bien dans ce livre, outre les recettes de grands classiques, c’est les techniques. Comment faire une vraie bonne pâte feuilletée, comment monter parfaitement une charlotte, des infos super intéressantes sur le sucre, la farine… Bref, j’adore!

***

Ceux qui me connaissent savent que j’aime le Moyen Age, vraiment mais alors vraiment beaucoup… Aussi j’ai été très heureuse de découvrir ce livre sous le sapin:
costume_medieval

Dans ce livre, on retrouve les différents costumes (ben oui le Moyen Age ça a un peu duré quand même, du coup la mode a changé plusieurs fois…) pour hommes et pour femmes. Mais on trouve aussi les tissus utilisés, quelques patrons (assez sommaires mais super utiles)… Un bon début je pense pour se familiariser avec tout ça.

***

N’en déplaise à certains, je suis aussi une grande fan de Tim Burton. Le Papa Noël le sait bien, et il m’a donc apporté:
etrange_noel_manga

Le manga de L’étrange Noël de Monsieur Jack dessiné par Jun Asuka. Je reviens dessus très bientôt!

***

J’ai aussi eu, La tortue d’Eschyle et autres morts stupides de l’histoire. Avouez que le titre fait rêver…
la_tortue_d_eschyle

Présentation de l’éditeur:

NOS MANUELS D’HISTOIRE N’ONT RETENU QUE LES MORTS HÉROÏQUES. NOUS AVONS DÉTERRÉ LES MORTS STUPIDES.

100 RÉCITS VIVANTS, SÉRIEUX ET DRÔLES À LA FOIS

Chaque récit met en scène les derniers instants du personnage en racontant brièvement son parcours et en montant en épingle sa mort.

Le plaisir que le lecteur trouvera dans ce livre réside dans le décalage entre l’importance historique du personnage et le côté stupide ou absurde de sa mort. Les récits seront regroupés dans des chapitres thématiques comme « les trop gourmands », « les trop galants », « les trop curieux », « les trop sensibles », « les trop exposés » ou encore « les trop snob »… Le dessinateur Daniel Casanave illustrera une vingtaine de ces histoires avec un dessin original, drôle et enlevé.

***

La petite fille que je suis croient toujours dur comme fer à l’existence des créatures fantastiques et plus particulièrement celle des lutins… La Grande Encyclopédie des Lutins de Pierre Dubois était donc faite pour moi.
grande_encyclopedie_des_lutins

Dedans on y retrouve tous les lutins existants et comment ils vivent… Enfin il en manque bien une espèce, mais elle est très peu connue il faut dire…

***

J’ai toujours aimé les livres d’Amélie Nothomb (je ne pense pas en avoir parlé ici, c’est bizarre…). Mais depuis quelques années, je ne suivais plus vraiment le rythme des publications et j’ai pris un peu de retard. Mais grâce au Père Noël, je vais pouvoir rattraper un peu de mon retard avec Tuer le Père.
tuer_le_pere

Résumé:
« Allez savoir ce qui se passe dans la tête d’un joueur. »

Vous n’en saurez pour le moment pas plus que moi…

***

L’an dernier, il y a eu une exposition sur Tim Burton… mais bien sûr à Paris… Moi, pauvre Auvergnate, je n’ai pas pu y aller… Pour me consoler:
tim_burton

Présentation de l’éditeur:
Ce catalogue de l’exposition à la Cinémathèque française à partir du 5 mars 2012, après le Moma à New York en 2009, permet de découvrir les talents de dessinateur, peintre, vidéaste, photographe, inventeur de sculptures bigarrées et stupéfiantes du réalisateur culte Tim Burton.

***

Noël étant une période que j’aime beaucoup, je suis contente de pouvoir en apprendre plus sur ses traditions grâce à ce livre: Noël, histoire et traditions de Marie-France Noël et Christian Le Corre.
noel

Je pense que le titre se suffit à lui même pour savoir de quoi il s’agit… Je l’ai lu, mais il vous faudra attendre décembre pour en savoir plus… Parce que comme le dit Princesse AAA, « Noël c’est fini maintenant! faut attendre un ti peu pour que ça revienne! ».

***

Les Haïkus, vous connaissez? J’avoue que je savais bien ce que c’était sans m’être jamais vraiment penchée dessus… C’est chose faite avec ce livre: Comment les haïkus naissent dans les choux de Gilles Guilleron.
haikus

Un peu d’histoire, quelques haïkus et après un peu d’aide pour faire sa fabrique de haïkus… Je vous en parle bientôt!

***

Pour finir, un petit livre de cuisine bio.
cuisine_bio

 

 

Guettez le blog pour en savoir plus sur tous ces livres, je vous en parlerai plus dès que je les aurais lu, promis….

Y en a-t-il que vous connaissez déjà? Ou que vous avez hâte de découvrir?

 

Emi’lit